Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Pré-publication, Document de travail

Sur les origines possibles de l'épidémie CoVid-19

Résumé : Après une brève introduction sur les virus et leurs caractéristiques, nous nous intéressons ici plus spécifiquement aux Coronavirus et aux origines du SARSCoV2 ainsi qu'à sa filiation génétique. De l'étude de l'abondante littérature internationale existant sur la question, ainsi que d'une thèse et d'un mémoire de médecine chinois décrivant des pneumopathies atypiques sévères chez des personnes ayant travaillé dans une mine du sud de la Chine infestée de chauves-souris (Mojiang, Yunnan, 2012), il ressort que le virus extrait de cette mine pourrait avoir joué un rôle dans la naissance de la pandémie. Primitivement nommé par l'Institut Virologique de Wuhan (WIV) avec le sigle RaBtCoV/4991, il a été plus tard rebaptisé RaTG-13 et présenté, sans que cette identité fût signalée, dans une publication du WIV postérieure à l'apparition de la pandémie. Or ce virus est connu comme étant le plus proche, à ce jour, du SARS-CoV-2. Cette information, ainsi que les pathologies réelles et la mort de 3 des 6 mineurs de Mojiang, que la directrice du laboratoire concerné du WIV a d'abord cachées, puis a été contrainte de reconnaître, sont, qu'on le veuille ou non, des faits. Bien que la filiation soit difficile à établir entre les événements de Mojiang et l'apparition de la pandémie due au SARS-Cov-2, du fait du décalage temporel et de la difficulté d'identifier la chaîne des contaminations, il semble que les pneumopathies de Mojiang soient assez comparables aux formes qu'on connaîtra plus tard dans l'épidémie CoVid-19. De plus, l'étrangeté génétique du SARS-CoV-2, qui le rend pratiquement plus adapté à la pénétration des êtres humains que de toute autre espèce qui pourrait servir d'hôte intermédiaire, laisse planer un doute sur les opérations ayant pu être effectuées au WIV dans la période pré-pandémique. Quand on ajoute à cela l'interdiction d'entrer dans la mine de Mojiang, le retrait d'une base de donnée essentielle au WIV, le refus de communiquer les cahiers de laboratoire et les dossiers de bio-sécurité du personnel, d'une façon générale, le manque de transparence de la part de la Chine et l'établissement d'un délai déraisonnable d'un an avant qu'une visite, très encadrée, du laboratoire de Wuhan ait pu être menée par des représentants de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), il est clair qu'on se trouve en face de présomptions sérieuses de dissimulation d'informations essentielles concernant l'origine de la pandémie. Subsidiairement, l'émergence du SARS-CoV-2 relance le problème de la dangerosité des nouvelles techniques d'anticipation ou de prévention des pandémies, notamment par gain de fonction et, plus généralement, de la sécurité des laboratoires où elles s'élaborent.
Type de document :
Pré-publication, Document de travail
Liste complète des métadonnées

https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03189187
Contributeur : Daniel Parrochia <>
Soumis le : vendredi 2 avril 2021 - 19:31:55
Dernière modification le : samedi 10 avril 2021 - 03:24:59

Fichiers

essai1.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : hal-03189187, version 1

Collections

Citation

Daniel Parrochia. Sur les origines possibles de l'épidémie CoVid-19. 2021. ⟨hal-03189187⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

256

Téléchargements de fichiers

191