Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Thèse

A Sociolinguistic Comparison of the French and Anglo-Saxon Cultures From codeswitched substantives to borrowings: the issue of grammatical gender

Résumé : L’attribution du genre grammatical est une notion complexe qu’il est difficile d’expliquer de manière rationnelle en français car elle est, la plupart du temps, arbitraire. Cette thèse a pour but de théoriser le genre grammatical attribué aux substantifs issus de l’alternance codique et aux emprunts de l’anglais au français. L’alternance codique est un phénomène individuel alors que l’emprunt est un phénomène collectif. Ces deux phénomènes linguistiques sont donc généralement considérés comme différents. Ainsi, le second objectif de cette thèse est de démontrer l’existence d’un continuum entre l’alternance codique et l’emprunt. Dans un premier temps, les concepts clés sont présentés, définis et exemplifiés. Puis, les principales notions caractérisant l’alternance codique et l’emprunt sont détaillées. Ce second chapitre met donc naturellement ces deux phénomènes en opposition dans le but de pouvoir les analyser comme un continuum lorsque des hypothèses concernant le genre grammatical qu’ils se voient attribuer sont formulées. Le troisième chapitre est consacré aux études de cas, et plus précisément à l’analyse de quatre corpus différents. Ce dernier chapitre a donc pour but de confirmer les hypothèses émises dans les deux chapitres précédents et permet de les classer dans cinq catégories afin d’expliquer l’attribution du genre grammatical. Ces catégories sont les suivantes : la raison extralinguistique, la raison interlinguistique, la raison métalinguistique, la raison à la fois interlinguistique et métalinguistique, et la raison grammaticale. Les résultats concernant les pourcentages de substantifs féminins et masculins sont présentés sous forme de graphiques, ainsi que ceux concernant les pourcentages de raisons expliquant l’attribution du genre grammatical aux substantifs issus de l’alternance codique, aux emprunts facultatifs, et aux emprunts obligatoires. Ainsi, l’interprétation de ces résultats est plus claire, plus objective, et plus scientifique. En outre, l’existence d’un continuum alternance codique – emprunt est par conséquent démontrée au moyen de l’explication de l’attribution du genre grammatical, ce qui crée un lien entre l’alternance codique et l’emprunt facultatif, ainsi que par le biais du processus de lexicalisation menant à l’emprunt facultatif, dans lequel l’alternance codique est le point de départ. Le lien entre l’alternance codique et l’emprunt obligatoire n’apparaît, quant à lui, pas de manière évidente étant donné que ces deux phénomènes linguistiques ne partagent pas de caractéristiques communes.
Type de document :
Thèse
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [444 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/tel-02048613
Contributeur : Elodie Martin <>
Soumis le : lundi 25 février 2019 - 16:18:25
Dernière modification le : lundi 10 février 2020 - 12:16:55
Archivage à long terme le : : dimanche 26 mai 2019 - 15:38:48

Fichier

Thèse Elodie Martin.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : tel-02048613, version 1

Collections

Citation

Elodie Martin. A Sociolinguistic Comparison of the French and Anglo-Saxon Cultures From codeswitched substantives to borrowings: the issue of grammatical gender. Linguistics. Université Jean Moulin Lyon 3, 2017. English. ⟨tel-02048613⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

82

Téléchargements de fichiers

719