, Il semble donc heureux, que même sans le prononcé d'une décision pénale, des dirigeants de droit et de fait dont il est établi qu'ils n'ont pas tenu de comptabilité, qu'il ont fait des biens ou du crédit de la personne morale un usage contraire à l'intérêt de celle-ci à des fins personnelles et qui ont poursuivi une exploitation déficitaire qui ne pouvait conduire qu'à la cessation des paiements, et ce dans leur intérêt personnel, soient sanctionnés immédiatement par le prononcé d'une faillite personnelle d'autant plus lorsque, comme en l'espèce, ils sont insolvables, JurisData, pp.2012-012642, 2012.