Dépasser la nature par le droit ? Les limites du paradigme migratoire - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Chapitre D'ouvrage Année : 2018

Dépasser la nature par le droit ? Les limites du paradigme migratoire

(1)
1

Résumé

Premier paragraphe de l'article Peut-on dépasser la nature par le droit ? L’anthropocentrisme suffit-il à penser l’Anthropocène ? C’est à travers le droit international que ces interrogations seront poussées à leurs extrêmes, voire jusqu’à l’absurde. Plutôt que d’opposer ou de séparer l’homme et la nature, envisageons leurs rapports à travers ceux du droit international et du droit de l’environnement. Réduisons même le droit international à ce temple de l’humanisme qu’est le droit international humanitaire. Peut-on englober l’environnement dans ce droit ? Serait-ce une absorption et une disparition ? On procédera par trois expériences de pensée dont le point commun est de pousser à bout les présupposés anthropocentriques de ce droit. Ces hypothèses mettront en évidence les implicites qui font de la nature un donné, tenu pour acquis et toujours disponible. Supposons que : 1.la totalité du droit international humanitaire soit appliquée ; 2.toutes les responsabilités dans le réchauffement climatique soient pénalement assignées ; 3.supposons enfin un État n’existant que par le droit international
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-01790109 , version 1 (11-05-2018)

Identifiants

  • HAL Id : hal-01790109 , version 1

Citer

Isabelle Delpla. Dépasser la nature par le droit ? Les limites du paradigme migratoire. Rémi Beau; Catherine Larrère. Penser l’anthropocène, Presses de Sciences Po, pp.427-439, 2018, Domaine développement durable, 978-2-7246-2210-2. ⟨hal-01790109⟩
51 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More