« Le procès du “Dante français”. Baudelaire ou l’Enfer sans Vita Nova »

Résumé : Que vaut la caution dantesque inventée pour défendre l’immoralité de Baudelaire ? L’article montre que la critique du xixe siècle qui le consacre « Dante français » déplore qu’il n’ait su être qu’une perversion du Dante catholique et angélique. Contre ce portrait, Baudelaire peint un visage sombre de Dante, allant jusqu’à déceler l’emprise de l’Enfer sur la Vita Nova. La Béatrice baudelairienne, paradoxalement idéalisée pour sa cruauté, devient une allégorie du pouvoir de destruction de l’amour.
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/hal-01745534
Contributeur : Yoann Loir <>
Soumis le : mercredi 28 mars 2018 - 12:14:35
Dernière modification le : mercredi 11 juillet 2018 - 15:20:12

Identifiants

Collections

Citation

Yoann Loir. « Le procès du “Dante français”. Baudelaire ou l’Enfer sans Vita Nova ». Revue des études dantesques, Classiques Garnier 2017, 〈https://classiques-garnier.com/revue-des-etudes-dantesques-2017-n-1-varia-resumes-abstracts.html?displaymode=full〉. 〈10.15122/isbn.978-2-406-07116-7.p.0163〉. 〈hal-01745534〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

75