Les suites N2 s N1 : de la nature qualitative du déterminant N2 ?

Résumé : L’idée de cet article part d’une observation simple : dans un nom composé de type N+N, le premier nom est généralement réalisé sous la forme singulier, c’est-à-dire sans flexion ‘pluriel’. Pourtant, de nombreux contre-exemples (les « plural attributives ») existent, et il est nécessaire de pouvoir expliquer les raisons de leur apparition. C’est ce que cet article se propose de faire, en prenant en considération diverses branches de l’analyse linguistique : la morphologie, la syntaxe, le phonologie, la sémantique, mais aussi la fréquence et la dimension énonciative propre à chaque réalisation discursive des noms composés.
Type de document :
Article dans une revue
Cycnos, Revel, 2005, Le qualitatif, 23 (1), 〈http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=288〉
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/hal-01394983
Contributeur : Denis Jamet <>
Soumis le : jeudi 10 novembre 2016 - 11:32:38
Dernière modification le : mercredi 7 février 2018 - 11:29:33
Document(s) archivé(s) le : mercredi 15 mars 2017 - 04:29:10

Fichier

Denis Jamet (Cycnos 21).pdf
Fichiers éditeurs autorisés sur une archive ouverte

Identifiants

  • HAL Id : hal-01394983, version 1

Collections

Citation

Denis Jamet. Les suites N2 s N1 : de la nature qualitative du déterminant N2 ?. Cycnos, Revel, 2005, Le qualitatif, 23 (1), 〈http://revel.unice.fr/cycnos/index.html?id=288〉. 〈hal-01394983〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

98

Téléchargements de fichiers

35