Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Chapitre d'ouvrage

Les fenêtres à Lyon entre 1650 et 1900, des dispositifs techniques qui transforment la ville

Résumé : La fenêtre est un élément majeur des immeubles d'habitation, dont elle constitue le dispositif principal d'échange avec l'extérieur du point de vue de la lumière. En retour, elle matérialise, en fonction des possibilités techniques du moment, une interface sociale entre espace intérieur et espace extérieur, et un lieu de perte de chaleur majeur en période de froid. L'intérêt de l'étude des fenêtres, non comme lieu de décor majeur, ce qui a été l'angle principal d'approche, notamment par les historiens de l'art, mais comme dispositif technique et interface entre espaces public et privé, tient beaucoup à leur rythme d'évolution et à leur signification anthropologique. En effet, elles sont fréquemment modifiées pour être adaptées à des circonstances et modes de faire nouveaux, alors que la structure des immeubles reste inchangée. De sorte qu'on constate dans l'espace d'une ville des immeubles dont les fenêtres ont été modifiées à plusieurs reprises au fil des siècles, à chaque fois pour répondre à des exigences qu'il s'agit ici de comprendre. L'étude menée sur Lyon a conduit à découper cinq séquences majeures : - Avant 1700 : la fenêtre-croisée où le papier huilé domine, faiblement propice à la transparence aux regards, ne constituant pas une interface forte du point de vue thermique. - Au XVIIIe siècle : la fenêtre à la française où le verre domine, favorisant la pénétration du regard et l'ouverture vers l'extérieur, accompagnée du développement du chauffage. - Au XIXe siècle : la fenêtre complexe, à la fois fortement dispendieuse de lumière, mais conçue pour limiter l'impact du soleil par la mise en place générale de stores, sans pour autant être très efficace contre le froid alors que le chauffage au charbon se généralise aussi. - Au début du XXe siècle : le développement de la fenêtre comme dispositif unique entre l'intérieur et l'extérieur, grâce au bas coût du chauffage. - A partir de 1980 : la fenêtre technologique, mouvement actuellement intense de modernisation visant à réduire fortement les pertes thermiques, et développement des pratiques patrimoniales. Ce mouvement conduit à une perte massive d'héritage sur une partie considérée souvent comme mineure des immeubles, effectuée en méconnaissance des états plus anciens. A la succession des séquences de modernité dans la construction neuve s'ajoute le chantier permanent de la modernisation progressive du parc d'immeubles préexistants, à chaque fois souvent de nouvelles prescriptions, d'où une grande complexité du paysage des fenêtres, souvent plusieurs fois modifiées, dans la ville ancienne.
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/hal-01015126
Contributeur : Gauthiez Bernard <>
Soumis le : mercredi 25 juin 2014 - 18:08:18
Dernière modification le : mercredi 5 août 2020 - 03:41:42

Identifiants

  • HAL Id : hal-01015126, version 1

Citation

Gauthiez Bernard. Les fenêtres à Lyon entre 1650 et 1900, des dispositifs techniques qui transforment la ville. Aldo Casamento. Il cantiere della città, the Building of a city. Strumenti, maestranze e tecniche dal Medioevo al Novecento, Tools, Craftmanship and techniques from the Middle Ages to the twentieth Century, Edizioni Kappa, pp.221-248, 2014, Forma urbis II, 978-88-6514-205-9. ⟨hal-01015126⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

397