Comprendre la demande sociale de nature en ville

Résumé : Nous reviendrons donc tout d'abord sur le rôle qu'a joué l'image de la campagne dans la constitution progressive de cette nature idéalisée et sur la manière dont la réalité de la vie agricole a été occultée pour ne pas brouiller cette image idéale. La forme moderne de cette " forclusion " (Berque, 2008) est le refus de la modernité accusée un peu rapidement d'être responsable de toutes les atteintes à l'environnement et, surtout, à la santé publique (Grange, 2012). Ainsi, le regard critique porté de plus en plus systématiquement sur une agriculture moderne que l'on comprend de moins en moins est-il à l'origine de nouvelles attentes qui émergent à la croisée entre de nouvelles peurs alimentaires souvent infondées (Parmentier, 2009), et le rêve d'une agriculture " naturelle " et " à portée de main " qui se traduit aussi par des volontés de redéfinition de l'usage des espaces ouverts urbains et périurbains. Nous explorerons ensuite la relation complexe qui se noue entre la quête du bien-être et le rôle qu'on attend de la nature. Si la gentrification que l'on observe dans de nombreux centres urbains témoigne d'un renouveau de l'attractivité des atouts matériels offerts par la ville -emploi, commerce, service, vie culturelle et sociale (Charmes, 2011)-, on constate aussi que le bien-être du citadin passe de plus en plus par la proximité à la nature. C'est du moins ce qui transparaît dans plusieurs enquêtes menées depuis une trentaine d'années , et qui traduit l'émergence de l'Homo qualitus, homme recherchant non pas à maximiser seulement son niveau de satisfaction matérielle, mais également son niveau de bien-être immatériel (Bailly et Bourdeau-Lepage, 2011). Or cette quête du bien-être, dont les raisons sont multiples, prend des formes très diversifiées, pas toujours compatibles entre elles, et qu'il ne faudrait pas considérer comme homogène, comme le font peut-être trop souvent les pouvoirs publics. La question se pose tout particulièrement lorsque les différents espaces attendus dans cette même quête du bien-être entrent en concurrence les uns avec les autres. C'est le cas dans les campagnes, lorsque nature et agriculture, pourtant toute deux pourvoyeuses de bien-être pour l'homme, sont perçues comme opposées l'une à l'autre (Vidal, 2011). A l'intérieur de l'espace urbain, c'est une autre forme de concurrence qui se joue. Les demandes de nature en ville se traduisent souvent par des mises en défend de certains espaces, que ce soit pour favoriser une nature sauvage, peu compatible avec la fréquentation humaine, ou pour permettre un jardinage associatif " naturel ", peu enclin à s'ouvrir intégralement au public. Les espaces ainsi utilisés sont le plus souvent pris parmi les " délaissés urbains ", c'est-à-dire ce que l'on appelait autrefois des terrains vagues, et que l'on peut comprendre comme des espaces sans usage... ou comme des espaces aux usages indésirables. Mais la question qui se pose surtout, c'est la place que doivent occuper ces formes du désir de nature, lorsque l'on imagine la ville durable de demain, économe en espace, et donc a priori dépourvue de délaissés. Les réponses aux désirs de nature pourront-ils trouver place dans la pluri-fonctionnalité des espaces publics (Corajoud, 1998), où devront-ils entrer en concurrence avec eux, au détriment de ces jardins publics qui contribuent tant aux aménités urbaines (Sansot, 2003) ? Comprendre si la nature en ville doit être en concurrence avec l'espace public ou en être simplement une composante est donc une question essentielle dès lors que l'on se place dans la perspective d'un urbanisme durable. Les concepteurs de nos villes futures devront pour cela mieux comprendre ce que recouvre ce désir de nature qui, on l'a vu, est loin d'être homogène.
Document type :
Book sections
Complete list of metadatas

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/hal-00950696
Contributor : Lise Bourdeau-Lepage <>
Submitted on : Friday, February 21, 2014 - 7:35:00 PM
Last modification on : Wednesday, November 20, 2019 - 2:59:46 AM

Identifiers

  • HAL Id : hal-00950696, version 1

Citation

Lise Bourdeau-Lepage, Roland Vidal. Comprendre la demande sociale de nature en ville. Chomarat Catherine. Nature urbaine en projets, Archibooks, p. 37-52, 2014, CrossBorders, 978-2-35733-185-3. ⟨hal-00950696⟩

Share

Metrics

Record views

1187