Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

Les voyages d'art de Joris-Karl Huysmans : problèmes d'appartenance générique

Aude Jeannerod 1
Résumé : Ni " Grand tour " en Italie, ni voyage en Orient parmi les périples de Joris-Karl Huysmans : détestant le soleil et exécrant ce qu'il nomme la " race latine ", le voyageur ne s'exposa jamais ni à la chaleur, ni à l'exubérance méditerranéennes. Et si le critique d'art fut un fervent admirateur des Primitifs flamands et du Siècle d'or hollandais, il fut également un virulent contempteur de la Renaissance italienne et n'éprouva jamais la tentation de visiter Rome ou Florence. Aussi ses voyages d'art nous mènent-ils exclusivement en Belgique (à Bruxelles, Bruges et Anvers), en Hollande (à La Haye, Amsterdam et Haarlem) et en Allemagne (à Cologne, Hambourg, Lübeck, Berlin, Colmar et Francfort). Ce corpus de textes, qui explore le patrimoine pictural et architectural des villes d'Europe du Nord, se distingue par son indécidabilité générique : le voyage d'art oscille entre récit de voyage et critique d'art, deux genres a priori hétérogènes, mais de fait indissociables dans la pratique huysmansienne. Tout d'abord, les deux genres entretiennent des relations étroites sur le plan thématique, d'une part parce que la critique huysmansienne est toujours viatique - elle met toujours en scène un visiteur qui se déplace dans un espace - et d'autre part parce que ses séjours à l'étranger sont quasi exclusivement des voyages d'art : les pas du promeneur le mènent toujours dans les musées. De plus, c'est également la posture adoptée par l'énonciateur qui confond voyageur et critique et les rapproche du journaliste, du reporter ou de l'envoyé spécial. L'un et l'autre sont en quelque sorte délégués par le lecteur pour voir et éprouver à sa place une réalité inconnue, œuvre d'art ou pays étranger ; ce sont des témoins qui doivent rendre compte d'une observation et d'une expérience. Enfin, critique d'art et récit de voyage se signalent par leur plasticité, par leur capacité à absorber d'autres genres ou à se laisser absorber par eux. Ils ont en commun leur volonté didactique, qui amène à détailler un point particulier en s'écartant du projet initial, compte rendu d'exposition ou de voyage. Aussi ce recours à la digression accentue-t-il leur porosité, permettant que l'on bascule imperceptiblement d'un genre à l'autre : du récit de voyage à la critique d'art, souvent n'y a-t-il qu'un pas.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/hal-00945029
Contributeur : Aude Jeannerod <>
Soumis le : mardi 11 février 2014 - 15:42:49
Dernière modification le : lundi 10 février 2020 - 12:17:22

Identifiants

  • HAL Id : hal-00945029, version 1

Collections

Citation

Aude Jeannerod. Les voyages d'art de Joris-Karl Huysmans : problèmes d'appartenance générique. L'Atelier du XIXe siècle, May 2012, Paris, France. ⟨hal-00945029⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

173