Couleur et littérature dans les écrits sur l'art de Joris-Karl Huysmans - Archive ouverte HAL Accéder directement au contenu
Communication Dans Un Congrès Année :

Couleur et littérature dans les écrits sur l'art de Joris-Karl Huysmans

(1)
1

Résumé

Defining the aim of his art criticism, Joris-Karl Huysmans wrote : "surtout décrire le tableau de telle façon que celui qui en lit la traduction écrite, le voie". In other words, Huysmans, with his writings on art, tends to make visible the painting he describes ; thus, he faces a considerable challenge, i.e. verbalising colour, which seems beyond language. As shown in Jacques Dupont's and Jacqueline Lichtenstein's works, Huysmans's art criticism uses a wide range of metaphors to translate colours. The difficulty to write colour, to make it perceptible by the reader who does not see the painting, results to a spontaneous recourse to synesthesia, replacing sight with other senses and thus conducing to smell, taste, touch and hear the shades. However, another analogy, which does not appeal to sensation but sensibility, enables to see the absent colour : the literary metaphor. To call colour to mind, Huysmans not only uses his own words, but he also compares the colours of artists to the language of other writers, following Baudelaire's "correspondances". Thus, the recourse to this analogy points out the inability of art criticism as a genre to depict colour, and its necessity to convene other texts to suggest what it fails to tell. Nevertheless, Huysmans attempts to transcend this generic limitation, since he does not only establish existing "correspondances", but also creates them.
Joris-Karl Huysmans définit ainsi le but de sa critique d'art : "surtout décrire le tableau de telle façon que celui qui en lit la traduction écrite, le voie". Autrement dit, les écrits sur l'art huysmansiens visent à rendre visible le tableau décrit ; ce projet se heurte à un obstacle majeur, celui de la verbalisation d'un phénomène extérieur au langage : la couleur. Comme l'ont déjà montré les recherches effectuées par Jacques Dupont et par Jacqueline Lichtenstein, Huysmans use dans ses écrits sur l'art d'un riche éventail de métaphores pour dire le coloris. La difficulté à dire la couleur, à la rendre perceptible par le lecteur qui ne voit pas le tableau, se traduit par un recours spontané à la synesthésie, appelant ainsi à sentir, goûter, toucher et entendre les teintes. Cependant, une autre analogie, qui ne fait pas appel à la sensation mais à la sensibilité, donne à voir la couleur absente : c'est la métaphore littéraire. Pour évoquer la couleur, Huysmans ne se contente pas d'utiliser ses propres mots ; il compare les coloris des artistes au langage d'autres écrivains, s'inscrivant ainsi dans la théorie baudelairienne des correspondances. L'on verra également que le recours à cette analogie signale l'incapacité de la critique d'art en tant que genre à rendre compte de la couleur, et la nécessité qu'elle a de convoquer d'autres textes pour suggérer ce qu'elle échoue à dire. Toutefois, Huysmans cherche à dépasser cette impuissance générique, puisqu'il ne se contente pas d'établir des correspondances, mais en crée.
Fichier non déposé

Dates et versions

hal-00944996 , version 1 (11-02-2014)

Identifiants

  • HAL Id : hal-00944996 , version 1

Citer

Aude Jeannerod. Couleur et littérature dans les écrits sur l'art de Joris-Karl Huysmans. La Couleur : entre silence et éloquence, Jun 2009, Paris, France. ⟨hal-00944996⟩

Collections

UNIV-LYON3 UDL
155 Consultations
0 Téléchargements

Partager

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More