Les Etats-Unis et la définition de l'intérêt national américain par l'administration Eisenhower

Résumé : L'administration Eisenhower (1953-1961) a clairement affiché son désir de reconstruire l'après-guerre sur des bases plus morales et moins cyniques que la diplomatie classique. On le doit évidemment à Eisenhower dont l'attachement à la paix était aussi viscéral que ses compétences militaires, exceptionnelles. On le doit aussi à son secrétaire d'Etat, John Foster Dulles, qui espère appliquer, une fois au pouvoir, les fruits d'une réflexion inaugurée trente ans plus tôt, lors de la conférence de la paix de Paris, en 1919. Il y négocia les réparations allemandes, et défendit à sa façon l'intérêt national américain en plaidant pour un retour rapide de l'Allemagne vaincue à la solvabilité financière. Depuis 1918, Foster Dulles plaide pour des relations internationales fondées sur la responsabilité mutuelle des nations entre elles. C'est ce qu'il appelle, à la suite de Wilson, "l'indépendance dans l'interdépendance" : les Etats doivent cogérer les décisions souveraines ayant des conséquences graves pour les autres (par exemple la politique monétaire ou commerciale). En ce qui concerne les années cinquante, nous tentons de répondre à deux questions, du point de vue américain : 1°) Comment favoriser l'émergence d'alliés puissants pour asseoir sa propre puissance mondiale ? 2°) Pourquoi imbriquer sa procédure de décision dans des engagements multilatéraux, si on veut, dans le même temps, rendre l'Amérique libre de ses choix ? Autant de positions contradictoires que doit résoudre la présidence Eisenhower dans les années cinquante. Pour simplifier, la réflexion stratégique américaine se subdivise en deux mouvements : Premier temps (1953-1954) : nous assistons à la volonté américaine de multiplier les relais à travers le monde, c'est-à-dire, en Asie, en Afrique et spécialement en Europe, en accordant une large confiance aux alliés européens, en particulier à la France et à la Grande-Bretagne. Second temps (1954-1960) : devant le refus de la France de construire l'Europe fédérale, avec le rejet de la CED - d'abord ; devant le refus global des pays européens de financer leur défense et d'assumer leur "juste part" de la Guerre froide - ensuite ; et - enfin - face au développement de la menace nucléaire mortelle que font peser les missiles soviétiques sur la survie des uns et des autres, les Etats-Unis d'Eisenhower reviennent à une définition beaucoup plus classique et plus restrictive de l'"intérêt national".
Type de document :
Chapitre d'ouvrage
De Woodrow Wilson à George W. Bush : Les Etats-Unis entre uni- et multilatéralisme, L'Harmattan, pp.61-76, 2008
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/hal-00937928
Contributeur : François David <>
Soumis le : mardi 28 janvier 2014 - 23:30:41
Dernière modification le : samedi 19 novembre 2016 - 01:11:20

Identifiants

  • HAL Id : hal-00937928, version 1

Collections

Citation

François David. Les Etats-Unis et la définition de l'intérêt national américain par l'administration Eisenhower. De Woodrow Wilson à George W. Bush : Les Etats-Unis entre uni- et multilatéralisme, L'Harmattan, pp.61-76, 2008. 〈hal-00937928〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

92