Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Méthode ou métaphysique ? L'empirisme pragmatique de John Dewey

Résumé : Cet article entend prendre position sur l'idée couramment répandue d'une métaphysique de l'expérience chez Dewey qui devrait se substituer à la recherche traditionnelle de l'essence des choses, et dont Experience and Nature (1929) serait l'expression la plus adéquate. Rorty critique un tel projet au nom même du pragmatisme : non seulement le pragmatisme doit s'émanciper de toute tentative métaphysique de description des " traits généraux de l'existence ", mais il doit même cesser de prendre l'expérience comme matériau de base, sous peine de tomber soit dans le mythe du donné soit dans celui de l'intériorité. Ma position est que Rorty a raison de vouloir affranchir le pragmatisme de toute métaphysique de l'expérience, mais qu'il a tort de voir en Dewey le promoteur d'un tel projet. Je donne les raisons historiques et théoriques pour lesquelles Dewey n'a jamais abandonné le concept d'expérience malgré les difficultés qu'il pose, si bien qu'à ses yeux l'empirisme n'est pas la maladie infantile du pragmatisme, mais que le pragmatisme est un empirisme renouvelé. La thèse essentielle est que l'expérience ne désigne pas chez lui un matériau originaire dont le reste serait tiré, mais une méthode pour dissoudre et résoudre les problèmes, à l'image de la méthode expérimentale dans les sciences. Si Dewey éprouve le besoin de prendre l'expérience comme objet de discours, c'est simplement parce que l'expérience comme méthode n'a pas encore été intégrée dans la pratique philosophique, à la différence des sciences qui ne mentionnent plus le terme général d'expérience mais se contentent de décrire des expériences particulières. Et la raison pour laquelle cette méthode n'est pas encore pratiquée comme elle le devrait en philosophie est que la notion d'expérience que les empiristes et leurs adversaires ont léguée est défectueuse et obsolète, si bien qu'il faut d'abord la reconstruire comme on répare un instrument usé avant de pouvoir s'en servir efficacement. Le discours général que Dewey développe sur l'expérience est donc doublement instrumental : la philosophie de l'expérience est subordonnée à la reconstruction d'une méthode, et elle doit s'effacer avec la mise au point puis l'application de celle-ci. Nous montrons pour finir que la reconstruction du concept d'expérience en termes d'action que propose Dewey le fait précisément échapper aux deux mythes du donné et de l'intériorité, qui n'ont jamais concerné que le concept hérité des empiristes classiques que Rorty retrouvait dans l'empirisme logique.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/hal-00919460
Contributeur : Stéphane Madelrieux <>
Soumis le : lundi 16 décembre 2013 - 17:54:33
Dernière modification le : lundi 2 mars 2020 - 13:08:06

Identifiants

Collections

Citation

Stéphane Madelrieux. Méthode ou métaphysique ? L'empirisme pragmatique de John Dewey. Critique, Éditions de Minuit, 2012, 2012-12 (787), pp.1043-1058. ⟨10.3917/criti.787.1043⟩. ⟨hal-00919460⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

370