Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Un exemple de mise en scène au service de la narration dans le cinéma japonais : analyse critique du film Eureka d'Aoyama Shinji

Résumé : Cet article analyse le film Eureka d'Aoyama Shinji, primé au festival de Cannes 2000, d'un point de vue narratif et de mise en scène. Cette réalisation, d'une longueur inhabituelle, présente effectivement la caractéristique de comporter deux niveaux de récit différents, avec d'un côté les meurtres qui se multiplient et le mystère entourant l'identité du tueur, et de l'autre le combat psychologique des trois protagonistes principaux pour sortir d'un traumatisme commun passé (la prise d'otage du bus de la Nishitetsu) qui les hante. Aoyama, en mélangeant consciemment des méthodes de mise en scène classiques comme le champ-contrechamp ou le montage parallèle, avec des méthodes de mise en scène plus expérimentales comme le plan-séquence ou le passage soudain à la couleur à l'intérieur d'un même plan sans justification narrative directe, parvient à créer un système de mise en scène " ouvert "-dans le sens de ce que David Bordwell définit pour le " Art Film "-qui lui permet de dresser une violente critique, quoique voilée et indirecte, de la société japonaise moderne.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/hal-00875186
Contributeur : Fabien Carpentras <>
Soumis le : lundi 21 octobre 2013 - 13:33:50
Dernière modification le : lundi 10 février 2020 - 12:16:53

Identifiants

  • HAL Id : hal-00875186, version 1

Collections

Citation

Fabien Carpentras. Un exemple de mise en scène au service de la narration dans le cinéma japonais : analyse critique du film Eureka d'Aoyama Shinji. Kinjô gakuin daigaku ronshû, jinbunkagakuhen, 2010, 6 (2), pp. 38-65. ⟨hal-00875186⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

254