Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Article dans une revue

Entre revendication de sécularisme et "théorème de sécularisation" : le statut de la modernité philosophique

Résumé : Si le terme de sécularisme est souvent employé pour signifier quelque chose comme une " sortie de la religion ", celui de sécularisation est plus ambigu, signifiant (en son sens moderne) à la fois le passage du religieux au séculier et la permanence refoulée du religieux dans ce même séculier. Le " théorème " de sécularisation, ainsi que la formule de Hans Blumenberg, prend ici son sens polémique, désignant une forme de mystification de la modernité prétendue laïque. Nous voulons ici retracer quelques grandes étapes de la " querelle " (Jean-Claude Monod) de la sécularisation depuis Carl Schmitt jusqu'à Hans Blumenberg et au-delà, en passant notamment par Erik Peterson et Karl Löwith. La question posée, à travers ce parcours historique, est celle d'une permanence assumée (qui ne soit donc pas de l'ordre de l'automystification) du religieux dans nos sociétés contemporaines laïques.
Type de document :
Article dans une revue
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/hal-00874810
Contributeur : Thierry Gontier <>
Soumis le : vendredi 18 octobre 2013 - 15:58:47
Dernière modification le : lundi 24 février 2020 - 10:45:38

Identifiants

Collections

Citation

Thierry Gontier. Entre revendication de sécularisme et "théorème de sécularisation" : le statut de la modernité philosophique. Éthique, politique, religions, Classiques Garnier, 2013, 2013-1 (2), pp.65-86. ⟨10.15122/isbn.978-2-8124-1200-4.p.0065⟩. ⟨hal-00874810⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

346