Accéder directement au contenu Accéder directement à la navigation
Communication dans un congrès

Et si non liceat scribere, mutus ero: le point de vue ovidien sur le statut de la parole à l'épreuve du pouvoir augustéen

Résumé : Partant du corpus constitué des oeuvres composées par Ovide pendant son exil, cet article analyse de quelle manière le poète a mis la parole et les conditions d'expression de celle-ci au coeur de sa poésie, allant jusqu'à la mettre en scène. D'un recueil à l'autre, on passe insensiblement d'une parole qui se dit sous le contrôle du Prince à une parole qui se donne à voir à l'agonie, sous la forme extrême d'une rhétorique du silence. De cette parole contrainte par l'autorité politique, naît ultimement une autre parole, qui s'affirme triomphante: la parole du poète qui dévoile l'idéologie du Principat.
Type de document :
Communication dans un congrès
Liste complète des métadonnées

https://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/hal-00870214
Contributeur : Marie Ledentu <>
Soumis le : dimanche 6 octobre 2013 - 11:21:25
Dernière modification le : lundi 10 février 2020 - 12:16:50

Identifiants

  • HAL Id : hal-00870214, version 1

Citation

Marie Ledentu. Et si non liceat scribere, mutus ero: le point de vue ovidien sur le statut de la parole à l'épreuve du pouvoir augustéen. Le point de vue ovidien sur le statut de la parole à l'épreuve du pouvoir augustéen, Oct 2006, LYON (Université Lyon 2 et ENS de Lyon), France. pp.171-188. ⟨hal-00870214⟩

Partager

Métriques

Consultations de la notice

131